juin 23, 2020

Marketing sur internet 20 métiers à découvrir

Par Hemeryckx Sébastien

Marketing digital: 20 métiers à suivre

«Il n’existe pas ou peu d’informations sur ce que sont vraiment les Kmétiers du marketing digital au quotidien, les qualités requises et les perspectives d’évolution à moyen et long terme». C’est en partant de ce constat que deux Français, Clément Vérité, data analyst pour le New York Times, et Julien Oudart, entrepreneur fondateur notamment de NukeSuite revendu en à Webedia, se sont associés pour y consacrer un livre intitulé «Les métiers du marketing digital» disponible dès ce lundi juin. 

Au menu? Des informations sur ces métiers accompagnées de témoignages- soixante en tout- de professionnels Accenture, Accor Hotels, France TV, Babel, , Google… exerçant dans une quinzaine de pays. L’ouvrage s’adresse aux étudiants, à ceux qui veulent se reconvertir dans le domaine ou encore aux professionnels du recrutement qui souhaitent mieux comprendre la réalité de ces professions.

A travers leur propre expérience et l’expertise de personnes du secteur, les deux auteurs ont identifié métiers clés dans le marketing digital. Pour plus de clarté, ces derniers ont été pensés sous la forme d’une matrice, même si dans la réalité les démarcations ne sont pas aussi nettes entre les différentes professions et le type de structures où elles exercent. 

« Les métiers du marketing digital »

On retrouve d’un côté ceux qui génèrent de l’audience plateformes, groupes médias où travaillent des data scientists ou encore des SEO managers.

Puis il y a les fournisseurs de technologie dans lesquels exercent des profils comme des product owners, des pre-sales managers, des développeurs.

Viennent ensuite les fournisseurs de services- à l’instar des agences ou des boîtes de conseil- dans lesquels évoluent des planneurs stratégiques ou encore des content producers.

Enfin, le dernier segment est représenté par les marques, qui ont besoin de toucher leur audience avec des métiers comme CRM managers ou community managers.

«Ce sont les quatre grands blocs auxquels nous avons ajouté deux métiers avec lesquels nous travaillons beaucoup dans ce secteur.

Il s’agit des entreprises de recrutement par lesquelles on passe souvent pour recruter dans le digital et des postes d’investisseurs au sens large, que ce soit des personnes qui font du M&A ou des fonds d’investissement», explique Julien Oudart. 

Retrouvez l’interview complète de Julien Oudart, co-auteur de l’ouvrage «Les métiers du marketing digital»

Parmi cette sélection de métiers déjà porteurs, certains ressortent particulièrement. Julien Oudart cite notamment celui de SEO manager. «C’est un métier qui évolue constamment. Il y a huit ans cela concernait quasiment que google. Aujourd’hui, il y a plein de verticales. Certains acteurs ont par exemple aussi besoin de ressortir sur moteur de recherche de YouTube pour des contenus vidéo, d’Amazon pour l’e-commerce…». Il cite également les growth marketers, les content producers ou encore les customer success managers. « C »est un rôle qui vient des boîtes de Tech et de SaaS au départ mais qui est entre account manager et chef de projet». Il ajoute également les product owners. «Ce sont des personnes qui sont responsables du suivi et de la stratégie produit. Ces profils sont beaucoup recherchés dans le secteur».

Et si ces métiers sont tous différents, à travers les nombreuses interviews de profesionnels, Julien Oudart a pu constater que certaines tendances se dégageaient. «On sent que beaucoup parlent d’automatisation et d’introduction de l’intelligence artificielle dans leurs métiers, que ce soit un sales manager pour générer des leads ou encore un recruteur pour sourcer les bons profils… Tous disent que cette partie va s’accélérer. Même si à la fin leur conclusion est qu’il faudra toujours de l’humain et de l’intelligence derrière pour faire le tri et le choix final».  

Les nouvelles formes de travail comme le freelancing ou le télétravail semblent aussi s’être déjà bien diffusées au sein de ces professions, et cela bien avant la crise actuelle qui a été un accélérateur dans de nombreux domaines d’activité. «C’est quelque chose qui existait déjà dans certains métiers listés comme graphic designers par exemple, mais cela est en train de se généraliser pour plein d’autres professions», explique Julien Oudart. Il cite par exemple les content managers qui produisent du contenu pour des sites, les community managers ou encore les chefs de projets « alors que c’est un métier pour lequel, dans le passé, on pensait qu’il fallait être à côté des équipes pour pouvoir les gérer».